Histoire

Si de son histoire ancienne, Chaniers n’a conservé que son église du XIIème siècle, un moulin XVIIème siècle et quelques fermes fortifiées, notre cité a connu un passé aussi riche que Saintes, sa voisine, bien qu’à plus modeste échelle.

La commune aux 100 villages

CHAPNIERS (dénommée CHANIERS depuis 1715) se situe sur la rive droite de la Charente, à la limite naturelle de deux terrains complémentaires :

> Au Nord, les coteaux boisés aux lieux dits significatifs, La Taillée, Le Taillis, La Cognée, La Font du Loup et les terres progressivement cultivées, comme en témoigne le village des Essarts (essart signifiant déboiser, défricher).

> Au Sud, la plaine, la champagne, les terres céréalières. Mais c’est bel et bien le fleuve Charente qui régule sa vie et favorise les échanges commerciaux, comme aux villages de Chauveau et de Port-Hublé.

Ancienne carte postale Chaniers - Canal

Les origines

De par son climat tempéré et un ensoleillement généreux, la Saintonge est très vite devenue une terre d’accueil.

Les Romains ont su en faire une région prospère. Notre église repose d’ailleurs sur les vestiges d’une villa Gallo-Romaine. Les Sarrasins s’y installèrent au VIIIème siècle et les Normands au IXème siècle dévastèrent la bourgade.

Chaniers se plia ensuite aux volontés de l’occupant anglais avant d’être définitivement rattachée à la couronne de France en 1375.

Sous le règne de Colbert, Chaniers connut une époque faste avec le développement de la navigation fluviale et la construction du moulin royal de la Baine. En 1850, on comptait 2522 habitants. Mais l’exode rural la toucha cruellement après-guerre (1934 habitants en 1947).

Aujourd’hui, avec une superficie de 2653 hectares utilisés en majeure partie par l’agriculture, 3630 habitants et 120 hameaux, Chaniers s’efforce à la fois de rester une commune à vocation rurale et de profiter de Saintes pour développer son attractivité.

Le Bourg

Développé autour de son église et de sa seigneurie, le « vieux » bourg de Chaniers s’étend entre le communal et la voie ferrée. Par la suite, la croissance du bourg s’est poursuivie de l’autre côté de celle-ci, vers le Nord.

Ancienne carte postale Chaniers - La gare

Ces dernières années, le vieux bourg a bénéficié d’une importante rénovation et a obtenu en 1987 le « Prix Urbacharme », consacrant ainsi la recherche d’une meilleure qualité de vie.

Ouvert du Nord au Sud par son bac, l’un des derniers en service sur la Charente, et de l’Est à l’Ouest par la voie ferrée, Chaniers a pu rester en relation avec les autres communes et poursuivre son développement, notamment fluvial.

La commune est en effet un commune « aquatique », riche de trois cours d’eau :

  • La Charente, rivière de 2ème catégorie, navigable et facilement accessible
  • Le Bourrut, cours d’eau de 2ème catégorie
  • Le Coran, cours d’eau de 1ère catégorie

Les maires de Chaniers depuis la Révolution

  • 1793 > 1796 Jacques Duplaix
  • 1796 > 1801 Pierre Dannepond
  • 1801 > 1813 Pierre Sarrazin
  • 1814 > 1830 Joseph Brétinauld de Méré
  • 1830 > 1837 Léon Sarrazin
  • 1837 > 1840 Etienne Benoit
  • 1840 > 1848 François Huon
  • 1848 > 1848 Joseph Michaud
  • 1848 > 1852 Jean Tercinier
  • 1852 > 1854 Henri Buffuteau
  • 1854 > 1860 Pierre Tenaud
  • 1860 > 1867 Alexandre Corbineau
  • 1868 > 1876 Jean Nadaud
  • 1876 > 1878 Jean L Chauvin
  • 1878 > 1880 Jean Nadaud
  • 1880 > 1908 Jean L Chauvin
  • 1908 > 1925 Alcide Foucaud
  • 1925 > 1929 Eugène Chenot
  • 1929 > 1944 Edouard Roulin
  • 1944 > 1945 Jean B Cazelle
  • 1945 > 1951 Jean Louis Rouyer
  • 1951 > 1953 Gaston Quinquenaud
  • 1953 > 1977 Jean Pourcelet
  • 1977 > 1983 Jean Menant
  • 1983 > 2014 Xavier de Roux
  • 2014 > Eric Pannaud